Mouloud Mammeri  » le grand écrivain »

10 mars 2012

Mouloud Mammeri (Mulud At Mɛammar en Tamazight), né le 28 décembre 1917 dans le village de Taourirt-Mimoun dans la commune actuelle de Beni Yenni en Kabylie et décédé le 26 février 1989, est un écrivain, poète, anthropologue et linguiste algérien.

Mouloud Mammeri

Mouloud Mammeri fait ses études primaires dans son village natal. En 1928, il part chez son oncle à Rabat (Maroc), où ce dernier est alors le précepteur de Mohammed V. Quatre ans après il revient à Alger et poursuit ses études au Lycée Bugeaud (actuel Lycée Emir Abdelkader, à Bab-El-Oued, Alger). Il part ensuite au Lycée Louis-le-Grand à Paris ayant l’intention de rentrer à l’École normale supérieure. Mobilisé en 1939 et libéré en octobre 1940, Mouloud Mammeri s’inscrit à la Faculté des Lettres d’Alger. Remobilisé en 1942 après le débarquement américain, il participe aux campagnes d’Italie, de France et d’Allemagne.

À la fin de la guerre, il prépare à Paris un concours de professorat de Lettres et rentre en Algérie en septembre 1947. Il enseigne à Médéa, puis à Ben Aknoun et publie son premier roman, La Colline oubliée en 1952. Sous la pression des événements, il doit quitter Alger en 1957.

220px-Kaddour_M%27Hamsadji_%C3%A0_l%27Union_des_Ecrivains_Alg%C3%A9riens

magnify-clip

L’Union des écrivains algériens en 1965. De gauche à droite : Kaddour M’Hamsadji, Mourad Bourboune, Mouloud Mammeri (président), Jean Sénac (secrétaire).

De 1957 à 1962, Mouloud Mammeri reste au Maroc et rejoint l’Algérie au lendemain de son indépendance. De 1968 à 1972 il enseigne le berbère à l’université dans le cadre de la section d’ethnologie, la chaire de berbère ayant été supprimée en 1962. Il n’assure des cours dans cette langue qu’au gré des autorisations, animant bénévolement des cours jusqu’en 1973 tandis que certaines matières telles l’ethnologie et l’anthropologie jugées sciences coloniales doivent disparaître des enseignements universitaires. De 1969 à 1980, il dirige le Centre de Recherches Anthropologiques, Préhistoriques et Ethnographiques d’Alger (CRAPE). Il a également un passage éphémère à la tête de la première union nationale des écrivains algériens qu’il abandonne pour discordance de vue sur le rôle de l’écrivain dans la société.

mameri-mouloud

Mouloud Mammeri recueille et publie en 1969, les textes du poète algérien Si Mohand. En 1980, c’est l’interdiction d’une de ses conférences à Tizi-Ouzou sur la poésie kabyle ancienne qui est à l’origine des événements du Printemps berbère.

En 1982, il fonde à Paris le Centre d’Études et de Recherches Amazighes (CERAM) et la revue Awal (La parole), animant également un séminaire sur la langue et la littérature amazighes sous forme de conférences complémentaires au sein de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Ce long itinéraire scientifique lui a permis de rassembler une somme d’éléments fondamentaux sur la langue et la littérature amazighes. En 1988, Mouloud Mammeri reçoit le titre de docteur honoris causa à la Sorbonne.

Mouloud Mammeri meurt le soir du 26 février 1989 des suites d’un accident de voiture, qui eut lieu près de Aïn-Defla à son retour d’un colloque d’Oujda (Maroc) sur l’Amazighité. Certains disent que c’etait pas un simple accident mais qu’il a été assassiné par le pouvoir algerien pour l’empécher de continuer son combat pour son identité Amazigh.

Le 27 février, sa dépouille est ramené à son domicile, rue Sfindja (ex Laperlier) à Alger. Mouloud Mammeri est inhumé, le lendemain, à Taourirt Mimoun. Ses funérailles furent spectaculaires : plus de 200 000 personnes assistèrent à son enterrement. Aucun officiel n’assista à la cérémonie alors qu’une foule compacte scandait des slogans contre le pouvoir en place.

Romans :

livre-de-mouloud-mameri-189x300

Nouvelles :

  • « Ameur des arcades et l’ordre », Paris, 1953, Plon, « La table ronde », n°72.
  • « Le Zèbre », Preuves, Paris, N° 76, Juin 1957, PP. 33-67.
  • « La Meute », Europe, Paris, N°567-568, Juillet-Août 1976.
  • « L’Hibiscus », Montréal, 1985, Dérives N°49, PP. 67-80.
  • « Le Désert Atavique », Paris, 1981, quotidien Le Monde du 16 août 1981.
  • « Ténéré Atavique », Paris, 1983, Revue Autrement N°05.
  • « Escales », Alger, 1985, Révolution africaine; Paris, 1992, La Découverte (ISBN 270712043X).

Théâtre :

  • « Le Foehn ou la preuve par neuf », Paris, PubliSud, 1982, 2nde édition, Paris, pièce jouée à Alger en 1967.
  • « Le Banquet », précédé d’un dossier, la mort absurde des aztèques, Paris, Librairie académique Perrin, 1973.
  • « La Cité du soleil », sortie en trois tableaux, Alger, 1987, Laphomic, M. Mammeri : Entretien avec Tahar Djaout, pp. 62-94.

Traduction et critique littéraire :

Grammaire et linguistique :

  • « Tajerrumt n tmazigt (tantala taqbaylit) », Paris, Maspero, 1976.
  • « Précis de grammaire berbère », Paris, Awal, 1988 (ISBN 001443038).
  • « Lexique français-touareg », en collaboration avec J.M. Cortade, Paris, Arts et métiers graphiques, 1967.
  • « Amawal Tamazigt-Français et Français-Tamazigt », Imedyazen, Paris, 1980.
  • « Awal », cahiers d’études berbères, sous la direction de M. Mammeri, 1985-1989, Paris, Awal

8 Mars hommage a Taos Amrouche

10 mars 2012

8 Mars hommage a Taos Amrouche e0f-marguerite-taos-amrouche-1Marie Louise Taos Amrouche est une artiste algérienne, écrivain d’expression française et interprète de chants traditionnels berbères. Elle est née le 4 mars 1913 à Ighil Ali en Petite Kabylie (Algérie)[1], et morte le 2 avril 1976 à Saint-Michel-l’Observatoire en France. Taos, fille de Fadhma Aït Mansour Amrouche et sœur de Jean Amrouche, est la romancière algérienne moderne. Son premier roman, Jacinthe noire, est publié en 1947. Son œuvre littéraire, au style très vif, est largement inspirée de la culture orale dont elle est imprégnée, et de son expérience de femme. En signe de reconnaissance envers sa mère, qui lui a légué tant de chansons, contes et éléments du patrimoine oral, elle signe Marguerite-Taos le recueil Le Grain magique, en joignant à son prénom sous lequel sa mère avait reçu le baptême catholique. Parallèlement à sa carrière littéraire, elle interprète de très nombreux chants amazigh, qu’elle tient de sa mère. MarguariteTaosamroucheCes textes sont par ailleurs traduits par son frère Jean. Douée d’une voix exceptionnelle, elle se produit sur de nombreuses scènes, comme au Festival des Arts Nègres de Dakar en 1966. Seule l’Algérie lui refuse les honneurs : elle n’est pas invitée au Festival culturel panafricain d’Alger en 1969. Elle s’y rend tout de même pour chanter devant les étudiants d’Alger. Taos Amrouche a participé à la fondation de l’Académie berbère de Paris en 1966. Elle fut l’épouse du peintre francais André Bourdil, Prix Abd-el-Tif 1942.

Atteinte à l’environnement : 173 pollueurs devant la justice

9 mars 2012

 

Les entreprises étatiques et privées, activant dans les secteurs des travaux publics sont les principaux pollueurs.

Pour non-respect de l’environnement et rejet de déchets dans des sites forestiers, 48 camions ont été mis en fourrière, en 2011, pour une durée de trois mois. Selon des sources de la conservation des forets de la wilaya d’Oran pas moins de 173 dossiers ont été transférés à la justice pour atteinte au massif forestier. Ainsi notre source a dévoilé que les entreprises étatiques et privées, activant dans les secteurs des travaux publics sont les principaux pollueurs. Il s’agit aussi des sociétés et des entreprises de production ou de services, qui ont procédé au rejet et à l’incinération de leurs déchets sans suivre les normes requises en la matière. Toutes sortes de déchets sont jetées dans la nature, à commencer par les matériaux de construction, le plastique, ainsi que d’autres produits toxiques, a tenu à souligner notre source.Atteinte à l’environnement : 173 pollueurs devant la justice photo-environnement-sale2-300x224

Par ailleurs, lors des opérations de contrôle menées par la direction de l’environnement, et cela en collaboration avec la conservation des forêts, il a été enregistré prés de 250 infractions et d’atteinte à l’environnement. Les articles 55, 56 et 57 de la loi relative à la gestion, au contrôle et à l’élimination des déchets prévoient des amendes entre 500 et 5.000 DA en cas de rejet et abandon par une personne physique des déchets ménagers, ou de refus d’utiliser le système de tri mis en place.

En revanche, une amende de 10.000 à 50.000 DA est prévue pour les industriels, commerçants ou artisans. Le rejet des déchets inertes sur tout site non désigné à cet effet, notamment sur la voie publique, est aussi sanctionné par une amende de 10.000 à 50.000 DA. En cas de récidive, l’amende est portée au double. Pour cela, il est attendu des citoyens de la wilaya des comportements de civisme dans la conservation du patrimoine forestier, avec la suspension de rejet des déchets ménagers et la protection des forêts contre les incendies.

Cherifa K.

journal El-watan

Le droit à l’éducation

27 février 2012

« AKE » Association Kabylia pour l’environnement

©UNESCO/Françoise Pinzon Gil

Le droit à l’éducation est un droit fondamental de l’homme, indispensable à l’exercice de tous les autres droits de l’homme. Il promeut la liberté individuelle et l’autonomisation et apporte des bénéfices importants en matière de développement. Cependant, des millions d’enfants et d’adultes restent privés de la possibilité de s’éduquer, le plus souvent à cause de la pauvreté.

Les instruments normatifs des Nations Unies et de l’UNESCO établissent les obligations légales internationales en matière de droit à l’éducation. Ces instruments favorisent et développent le droit de chacun à avoir accès à une éducation de bonne qualité, sans discrimination et sans exclusion. Ces instruments témoignent de la grande importance que les États membres et la communauté internationale attachent à l’action normative pour réaliser le droit à l’éducation. Il incombe aux gouvernements de remplir leurs obligations à la fois légales et politiques pour offrir une éducation de bonne qualité à tous et pour mettre en place et contrôler plus efficacement les stratégies dans le domaine de l’éducation.

L’éducation est un outil puissant qui permet à des adultes et des enfants économiquement et socialement marginalisés de sortir de la pauvreté et d’être des citoyens à part entière.

Lynda Lemay aimée même en Kabylie

27 février 2012

L’écrivain kabyle Benadjaoud Yougourten aime écouter la chanteuse québécoise Lynda Lemay « le plus fort c’est mon père » .

QUI EST LYNDA LEMAY ?

Lynda Lemay, née le 25 juillet 1966 à Portneuf (Canada), est une auteur-compositeur-interprète québécoise. Connue pour ses chansons à histoires, elle a vendu plus de 3 millions d’albums à ce jour.

 

Après des études littéraires, elle montre un talent d’écriture qui lui vaut dès 1989 le prix auteur-compositeur-interprète au Festival international de la chanson de Granby pour La Veilleuse.

Elle commence à se faire connaître en France en 1995 avec La Visite. À l’exemple de ce titre-ci où elle décrit l’hypocrisie des réunions de famille, elle se moque de tous les travers de la vie quotidienne, avec des sujets « légers » (Chéri, tu ronfles, Les épouses et J’veux pas d’chien) ou plus graves (J’ai battu ma fille, Chaque fois que le train passe, Des comme lui). Sa bonne connaissance des relations franco-québécoises[réf. nécessaire] lui inspire des productions remarquées comme Les Maudits Français ou Gros Colons. Elle décrit aussi les difficultés de la vie amoureuse : avec tendresse (Au nom des frustrées, Le vieux garçon) et avec émotion (J’veux bien t’aimer, Semblant de Rien). Elle consacre plusieurs chansons à sa famille telles que Ne t’en va pas, qui décrit son attachement à son père, Je voudrais te prendre, où elle chante son amour pour sa mère et Jumelle, dédiée à sa sœur. En 2002, l’album Les Lettres rouges, avec le titre Les deux hommes évoque l’homoparentalité, et La Centenaire issue du même album lui vaut un franc succès.

En 1996, elle remporte le prix spécial et le prix du public du Tremplin de la chanson des Hauts-de-Seine. La même année, Charles Aznavour l’entend sur la scène du festival de Jazz de Montreux. Subjugué par son talent, il la prend sous son aile. Son prochain album sera enregistré en France, et ses œuvres

inscrites dans le prestigieux catalogue de l’éditeur Lynda Lemay aimée même en Kabylie lynda-lemay-225x300Raoul Breton.

Lauréate des Victoires de la musique 2003, elle est à présent au même niveau de notoriété que Isabelle Boulay[réf. nécessaire], autre chanteuse québécoise. Charles Aznavour a témoigné de son admiration pour elle : « Elle ajoute à ses dons, indispensables pour réussir, des idées originales, une imagination fertile et très personnelle, une rare qualité d’écriture, une personnalité particulière et pleine de fraîcheur. »[réf. nécessaire] Elle a chanté pour lui la chanson Surtout vous en 2006. Elle a même offert une chanson Cache Cache à Maxime Landry. Cette chanson triste raconte la vie de Maxime et son père qui s’est suicidé à son jeune âge. Elle fut mariée pendant plusieurs années à l’acteur québécois Patrick Huard avec lequel elle a eu une fille, Jessie, née en 1997. Après avoir été pendant trois ans la compagne de l’humoriste français Laurent Gerra, elle épouse Michael Weisinger en 2005 : ils ont une fille, Ruby, née en 2006.

En janvier 2005, elle a présenté pour la première fois en France son opéra folk Un éternel hiver. Une histoire d’amour et de haine qu’elle a entièrement écrite, composée et mise en scène. Pour faire vivre ses personnages, elle a cette fois fait appel à 4 interprètes : Fabiola Toupin (Manon), Yvan Pedneault (Jeff), Manon Brunet (Micheline) et Daniel Jean (Agent Messier). En 2007, après un an et demi de tournée avec la troupe de son opéra folk et la sortie de son album Ma Signature, Lynda Lemay retrouve la scène et entame une grande tournée dans un univers très dépouillé, accompagnée sur scène par son complice de la première heure Yves Savard et son frère Marco Savard. Son 40e passage à l’Olympia de Paris, en avril 2007, a été capturé pour un DVD sorti en novembre 2007. Son onzième album studio, intitulé Allô, c’est moi, est sorti en novembre 2008.

En 2009, Les Fous Chantants d’Alès interprètent sa chanson Bleu de l’album Allô c’est moi dans le cadre de leur hommage aux plus belles chansons québécoises. Durant l’année 2010, Lynda Lemay entame une grande tournée. Elle la commence en France de janvier à avril, puis la poursuit au Québec en juin et en septembre, avant de la terminer par un retour en France en novembre et décembre, avec une date en Belgique. Juste avant de poursuivre sa tournée québécoise, Lynda Lemay lance son douzième album intitulé Blessée le 7 septembre[3]. Il remporte un succès estimable et assez inattendu en France au vu de l’état du marché du disque.

Le 30 janvier 2012, Lynda Lemay est nommée Chevalier des Arts et des Lettres par Charles Aznavour à la fin de son concert à l’Olympia.


Livre de Benadjaoud Yougourten

22 février 2012

 

 

Livre de Benadjaoud Yougourten jjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjzaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaazzzzzzi-300x300Yougourten raconte, dans une langue simple et expressive, cette histoire dont le père de la jeune fille, habitué aux conseils de sa fille recluse à la maison, est le détonateur d’un amour mythique narré en kabyle. Yougourten, jeune licencié s’offre une mission homérique qui est celle d’écrire dans sa langue maternelle. Par ses écrits, il participe, en même temps, à l’épanouissement de la langue et de la culture kabyles, et surtout à la préservation de notre mémoire collective, celle léguée en forme d’oralité par nos anciens. Histoires pour enfants qui attirent même les plus vieux d’entre nous. Les faits se révèlent sous des tableaux animés et vivants, où s’entremêlent sagesse légendaire, grandeur des personnages et impuissance devant le cri de cœur. Yougourten transcende tout ce brouhaha pour le narrer en forme d’images saintes, pétillantes et surtout attirantes. Il crée sous une forme littéraire simplifiée, un monde complexe dans un royaume où la force est de mise. Il arpente les désirs de tout un chacun, parmi les personnages, avec douceur de mots, souplesse d’idées et conscience d’auteur. Idées brèves et spontanées, il pare le texte de conviction des personnages, de simplicité des rôles et enfin, il décortique sous un œil vigilant un ordre pas souvent adéquat à des expressions charnelles. Il tarabuste la morale pour la rendre sous une réaction douce sans la pervertir, il fait appel à sa richesse linguistique pour emmitoufler ses idées sous le couvert d’historicité. En un mot, Tayri n-ugellid de Yougourten Benadjaoud est une œuvre littéraire venue dire en forme écrite ce que la langue kabyle véhicule depuis la nuit des temps sous sa forme parlée.

Nous sommes dépendants de notre environnement

22 février 2012

 

Kabylia pour l’environnement AKE
La santé de l’environnement est directement reliée à notre santé. En affectant l’environnement, nous affectons également notre santé et celle des autres. À l’inverse, lorsque les populations sont pauvres et les économies nationales sont faibles, l’environnement est généralement négligé. Si les ressources naturelles sont surconsommées et que l’environnement se dégrade, les populations souffrent et les économies déclinent. Dans le respect de l’environnement, le développement durable vise à satisfaire les besoins des générations actuelles sans compromettre la capacité des générations futures de satisfaire les leurs.

Actions pour la protection de l’environnement

22 février 2012

 

Actions pour la protection de l'environnement environnementjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjj-300x2111-

Utilise le transport en commun, fais du covoiturage ou déplace-toi en faisant de l’exercice (marche, jogging, vélo, rollers); c’est bon pour ta santé! De plus, tu diminueras ainsi ton émission de gaz à effet de serre.

2-

Évite les produits à usage unique tel que les lingettes, les mouchoirs jetables et les couverts jetables. Préfère plutôt les solutions durables. Évite également l’achat de produits suremballés et fais du compost à la maison. Tu réduiras ainsi la pression sur l’environnement par la moindre production de déchets recyclables ou non.

3-

Économise l’eau et l’énergie en utilisant des ampoules basse consommation, en faisant fonctionner la laveuse ou le lave-vaisselle que lorsque la machine est remplie ou en suspendant tes vêtements pour les faire sécher.

4-

Mets en pratique la méthode des 3 R : Réduis, réutilise et recycle.

Par exemple :

  • Évite les produits en aérosol
  • Fais tes courses avec des sacs réutilisables
  • Utilise du papier recyclé
  • Uilise une boîte à lunch au lieu de sacs jetables
  • Choisis des piles rechargeables
  • Organise une vente de garage pour donner une seconde vie aux objets que toi et ta famille
    n’utilisez plus, etc.

5-

Implique-toi dans un organisme environnemental de ton école ou de ton milieu. Tu y rencontreras des gens qui ont à cœur la préservation de notre planète et qui te proposeront des outils et des actions pour mieux comprendre et agir.

Qu’est-ce que l’environnement?

22 février 2012

AKE Association Kabylia pour l’environnement

Selon le dictionnaire Larousse, l’environnement est tout ce qui nous entoure. C’est l’ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie (animale, humaine ou végétale). L’environnement est donc le milieu dans lequel les humains évoluent : ce milieu inclut l’air, l’eau, le sol, les ressources naturelles, les autres êtres et espèces vivantes, les champignons, les microbes, les écosystèmes et la biosphère.

Comment se porte notre planète?

22 février 2012

association Kabylia pour l’environnement

Les Nations Unies affirment dans leur document l’Évaluation des écosystèmes pour le Millénaire que plus de 60 % des écosystèmes du monde sont en train de se dégrader ou ont déjà atteint un tel niveau de dégradation que les dommages sont irréversibles. Des problèmes importants d’environnement affectent la vie des animaux et des humains de notre planète. Parmi ceux-ci, on retrouve toutes les formes de pollution, les changements climatiques, l’appauvrissement de la couche d’ozone, l’utilisation et la gestion des ressources en eau douce, la déforestation excessive, la désertification et la dégradation des sols, les atteintes à la diversité biologique, etc.

1234